lieux & patrimoine

La gare maritime de Cherbourg.

Gare Maritime de Cherbourg © Didier Raux
Gare Maritime de Cherbourg © Didier Raux

L’ancienne gare maritime est le plus grand monument français d’Art déco des années 1930. La gare de Cherbourg-Transatlantique a été construite par l’architecte René Levasseur sur le port, en collaboration avec les ingénieurs Chalos et Fleury, en béton armé, briques claires et pierres de béton imitant le granit. L’ensemble était composé du hall des trains de 240 mètres et du bâtiment principal de la gare maritime à l’intérieur duquel se trouvaient une gigantesque salle des pas perdus bordée par les bureaux des compagnies et de nombreuses boutiques, une salle de douanes et le grand salon. Ce bâtiment, le plus grand de l’ensemble architectural était surmonté d’un campanile de 70 mètres qui fut dynamité par les Allemands en 1944. La galerie couverte d’embarquement, mesurant près de cinq cents mètres, s’étendait sur toute la longueur du Quai de France qui fut construit pour la construction de la future gare maritime. L’accès aux paquebots à partir de la galerie couverte se faisait grâce à neuf passerelles métalliques se déplaçant sur des rails. Plusieurs grues mobiles permettaient de débarquer ou embarquer le courrier ainsi que les marchandises. Quatre trains et deux paquebots pouvaient être accueillis simultanément. Le monument abrite depuis 2002 la Cité de la Mer, musée océanographique. La rénovation de la partie voyageurs de la gare initiale a été initiée en 2003. La salle des douanes est terminée en 2004 pour accueillir le Queen Mary 2.

 

Press-Book Architecture   –   Press-Book Reportages

 

Gare Maritime de Cherbourg © Didier Raux
Gare Maritime de Cherbourg © Didier Raux
Gare Maritime de Cherbourg © Didier Raux
Gare Maritime de Cherbourg © Didier Raux
Gare Maritime de Cherbourg © Didier Raux
Gare Maritime de Cherbourg © Didier Raux
Gare Maritime de Cherbourg © Didier Raux
Gare Maritime de Cherbourg © Didier Raux
Gare maritime de Cherbourg © Didier Raux
Gare maritime de Cherbourg © Didier Raux