urbanisme

Central Park à New York !

Le réservoir, avec en arrière plan les gratte-ciels de la Upper West Side. Central Park d'une superficie de 341 hectares, environ 4 km sur 900 mètres. Une route de 9,7 km de long entoure le parc. Elle peut être empruntée par les piétons, les coureurs de fond,les cyclistes ou encore les adeptes du roller, surtout le week-end et en semaine après dix-neuf heures, lorsque la circulation automobile y est totalement interdite. © Photo Didier Raux
Le réservoir, avec en arrière plan les gratte-ciels de la Upper West Side. Central Park d'une superficie de 341 hectares, environ 4 km sur 900 mètres. Une route de 9,7 km de long entoure le parc. Elle peut être empruntée par les piétons, les coureurs de fond,les cyclistes ou encore les adeptes du roller, surtout le week-end et en semaine après dix-neuf heures, lorsque la circulation automobile y est totalement interdite. © Photo Didier Raux

Lieu mythique au centre de l’île de Manhattan, Central Park est le plus grand espace vert de la ville de New York. Sur une superficie de 341 hectares, il accueille chaque année des millions de visiteurs. Tout un symbole pour ce parc, qui a fêté ses 140 ans en 2013 ! Au cours du XIXe siècle, la population de Manhattan augmente considérablement et les habitants ne disposent que de très peu d’espaces verts, hormis les cimetières. Les New-Yorkais réclament donc la construction d’un parc sur le modèle du Bois de Boulogne de Paris ou de Hyde Park à Londres. En 1857, un concours est organisé pour dessiner les plans du futur jardin public. En 1873, après 13 années de construction, Central Park est ouvert au public. Avec plusieurs lacs artificiels, dont le fameux réservoir, des chemins piétonniers, des jardins botaniques et un zoo, le parc devient le lieu de loisir préféré des New-Yorkais. Suite à l’avènement de l’automobile, les New Yorkais qui découvrent les joies de l’évasion délaissent leur forêt de verdure au milieu des buildings. Central Park tombe alors en désuétude et son état se dégrade à cause du vandalisme et des dépôts d’ordures. Pendant la crise de 1929, les abords du réservoir sont transformés en zone de bidonvilles. Avec l’élection du nouveau maire LaGuardia en 1934, un projet de réhabilitation du parc voit le jour grâce au New Deal. Les arbres sont replantés et les espaces aménagés. De 1960 à 1980, l’insécurité et le manque d’investissement nuit encore au parc avant qu’il redevienne aujourd’ hui l’un des sites les plus visités de la ville. Sport, nature, pièces de théâtre ou concerts, Central Park a retrouvé l’amour des new yorkais et des touristes.

 

Press-Book Architecture   –   Press-Book Reportages