Reportage

Sobel, dernier acte ?

SOBEL© Didier Raux

Bernard Sobel va quitter la direction du théâtre de Gennevilliers le 1er janvier. Il s’y était installé en 1963, obtenant le statut de centre dramatique national en 1983. La fin d’une aventure théâtrale marquante et un défi pour son successeur, Pascal Rambert. En 1964, il fonde l’Ensemble Théâtral de Gennevilliers, collectif amateur. Homme pour homme de Brecht, en 1970, marque le premier travail professionnel de l’ETG, qui acquiert le statut de Centre Dramatique national en 1983. En quarante ans, Bernard Sobel et son collectif assurent la réalisation de plus de soixantedix spectacles, dont un grand nombre de créations en France et à l’étranger, révélant des auteurs souvent peu connus. Photos © Didier Raux – Source magazine 92 Express (PDF).

 

 

Bernard Sobel © Didier Raux 2

 

Bernard Sobel © Didier Raux 1

 

Bernard Sobel © Didier Raux 6

 

Bernard Sobel © Didier Raux 3

 

 

À cette activité s’ajoute en 1974 la création de la revue Théâtre/Public et de l’Université populaire des HautsdeSeine avec la ville de Gennevilliers. Entretenant avec l’oeuvre de Brecht un dialogue assidu, Bernard Sobel monte des classiques, Shakespeare, Molière, Claudel et de nombreux auteurs allemands et russes, Lessing, Kleist, Büchner, Lenz, Grabbe, Müller (dont il fut en France l’artisan de la découverte), Babel, Ostrovsky, Volokhov, mais aussi Genet, Beckett ou encore Foreman et Kane. Pour le théâtre musical à Avignon, il crée Le Pavillon au bord de la rivière de Kuan Han Chin (musique Betsy Jolas), Mario et le Magicien d’après T. Mann (musique J.B. Dartigolles), Vaetvient et Pas moi de Beckett (musique H. Holliger), Le Cyclope d’Euripide (opéra de B. Jolas) ; également Le Porteur d’eau de Cherubini (OpéraComique), Il Prigioniero de Dallapiccola (Théâtre Musical de Paris), Les Excursions de Monsieur Broucek et L’Affaire Makropoulos de Janácek (Opéra du Rhin), Le Couronnement de Poppée de Monteverdi (Opéra de Lyon).

Germaniste, il participe à de nombreux travaux de traduction, dont la version française de Hitler, un film d’Allemagne de Syberberg. Réalisateur à la télévision française et allemande, il tourne documentaires et dramatiques (notamment Mourir pour CopernicUn ennemi du peuple et Citizen Mann, portrait de T. Mann, sur des scénarios de M. RaoulDavis), effectue l’enregistrement de ses spectacles (L’École des femmesNathan le SageHécube, L’OrestieLes Tu et Toi ou la parfaite égalitéLa Bonne Âme du SeTchouan) ou ceux de ses compagnons de route (Patrice Chéreau, LuluPeer GyntLucio SillaWozzeck ; Ariane Mnouchkine, Mephisto et L’Indiade ; Klaus Michael Grüber, Faust et Bérénice). Ces dernières années, il a mis en scène Dons, mécènes et adorateurs d’Ostrovsky Gennevilliers, 2006), La Charrue et les Étoilesd’O’Casey (Almada, Portugal, 2007), Le Mendiant ou la Mort de Zand d’Olecha (TNS, La colline, 20062007), Sainte Jeanne des abattoirs de Brecht, à la MC 93 de Bobigny (2008), où il présentera Cymbeline de Shakespeare en mars 2010.