architecture

La cité radieuse à Marseille

© D.Raux - La Cité Radieuse 1

La Cité radieuse, « la maison du fada » pour les marseillais, imaginée par Le Corbusier pour les habitants de Marseille à l’après-guerre, a été inaugurée en 1952.  L’objectif de l’architecte suisse, était de créer un logement collectif où chacun dispose de son espace vital tout en appréciant la vie en communauté. 60 ans plus tard, les copropriétaires qu’elle abrite peuvent toujours profiter d’une salle d’exposition commune, d’une épicerie, d’un cinéma et d’une terrasse avec un bassin-pataugeoire. A partager entre voisins bien entendu. La Cité Radieuse a été réalisée comme un village vertical, ses 337 appartements, majoritairement en duplex, sont conçus comme autant de maisons individuelles équipées et insérées dans une structure tridimensionnelle, isolées les unes des autres. Elles bénéficient de d’aménagements importants et pratiques: école maternelle, gymnase, bassin-pataugeoire, théâtre en plein air, hôtel, bar, commerces de proximité, bureaux, tennis, vaste jardin public. Les façades et les toitures sont classées au titre des Monuments historiques. De par son volume, la “Cité Radieuse” représente un prototype d’habitat social réussi, utilisant pleinement les techniques de l’architecture moderne. Photos © Didier Raux – En savoir +

 

 

 © D.Raux - La Cité Radieuse 11

 Le bâtiment est construit sur le principe de la verticalité, pour favoriser la distribution de la lumière  et par opposition à la ville horizontale, dévoreuse d’espace

 

 

© D.Raux - La Cité Radieuse 7

 Laboratoire pour un nouveau “système d’habitat”, la Cité Radieuse comporte 337 appartements, de 23 types différents, qui constituent autant de logements confortables et modernes pour l’époque.

 

© D.Raux - La Cité Radieuse 8

 Cet ensemble classé au patrimoine mondial de l’Unesco représente une des cinq unités d’habitation construites par Le Corbusier, les autres étant situées à Rezé, Firminy, Briey et Berlin. 

 

© D.Raux - La Cité Radieuse 14

 Un parc de 2,8 hectares avec des aires de jeux. Ouvert toute l’année.

 

© D.Raux - La Cité Radieuse 10

 L’élévation du bâtiment sur pilotis libère le terrain et la vue

 

© D.Raux - La Cité Radieuse 9

 © D.Raux - La Cité Radieuse 5

 

© D.Raux - La Cité Radieuse 6

  © D.Raux - La Cité Radieuse 19

 Sur le toit-terrasse : une école maternelle et un gymnase devenu depuis juin 2013 le MaMo (Centre d’art contemporain)

 

© D.Raux - La Cité Radieuse 20

 Le toit terrasse offre un espace de loisir loin du bruit et un théâtre de plein-air 

 

© D.Raux - La Cité Radieuse 25

Le style architectural est moderniste, brutaliste qui  symbolise l’utilisation de matériaux sans parement. Le béton brut de décoffrage permet un jeu de rythmes décoratifs riches et innovants. On les trouve notamment sur les façades, les pilotis, ainsi que dans le hall d’entrée qui nous  accueille dans une harmonie de textures et de lumières.

 © D.Raux - La Cité Radieuse 4

 

© D.Raux - La Cité Radieuse 22

Le brise-soleil laisse pénétrer le soleil en hiver et protège de la chaleur en été

 

© D.Raux - La Cité Radieuse 2

 Pataugeoire, solarium et jeux d’enfants

 

© D.Raux - La Cité Radieuse 17

 

© D.Raux - La Cité Radieuse 24

 

CITE RADIEUSE 34

 

Dans la Cité Radieuse vous trouvez : une rue commerçante intérieure, une librairie et maison d’édition , un bar, un restaurant “Le Ventre de l’architecte”, un hôtel « Le Corbusier », un Concept Store de Design  “Le 318 ” et une Boulangerie  “Le Regency” 

 

 

 Depuis le 17 juillet 2016, l’œuvre architecturale de Le Corbusier est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco au titre de “construction exceptionnelle au mouvement moderne”. C’est une véritable consécration et une reconnaissance universelle pour Charles-Edouard Jeanneret dit Le Corbusier, 1er architecte du XXème siècle donc l’œuvre fait l’objet d’une inscription sérielle transnationale : 17 sites, 7 pays, 3 continents. Par ses constructions, Le Corbusier révolutionne l’architecture : nouvelle conception de l’art de vivre et de l’habitat d’après-guerre, nouveau langage architectural, techniques constructives modernisées. L’oeuvre sérielle atteste d’un échange d’influences sans précédent et d’un intense débat d’idées à l’échelle de la planète.