Reportage

La Défense, un chemin de sculpture

Sculpture La Défense © Didier Raux 2

Partez à la découverte des œuvres du parcours,  avec des artistes comme Miró, Calder, César, Moretti, Takis, Serra… La Défense Art Collection offre un large panorama de l’art contemporain. La Défense se pare de nouvelles œuvres d’art qui interrogent notre rapport à l’existence, nous émerveillent ou nous amusent. Aujourd’hui, le quartier dispose d’un véritable musée unique en son genre avec ses 69 installations in situ à découvrir autour de l’Esplanade. Depuis 1958, date de l’inauguration du Cnit et davantage encore depuis 1989, année de la construction de la Grande Arche, La Défense fait partie de l’inconscient architectural collectif. Élevant le registre du quartier de bureaux à la dignité de site exceptionnel, cette perle piriforme est aussi un musée à ciel ouvert, une scène permanente et une ville sans voiture. Des années d’art tridimensionnel contemporain vous guettent au tournant. Fruit du travail de créateurs, ce musée à ciel ouvert fait corps avec les cheminements piétons au point qu’il en a peu à peu fourni les repères. Photos © Didier Raux – Source Franck De Lavarène – Voir l’article (PDF)Source La DéfenseTélécharger le guide PDF

 

 

LA DEFENSE 10

La juxtaposition des fonctions (bureaux, commerces, circulation) et la diversité des organes (buildings, espaces, sculptures) conspirent ici à multiplier les grilles de lecture

 

LA DEFENSE 5

Le Grand Stabile Rouge – Alexander Calder. 15 mètres de haut, 75 tonnes d’acier: malgré d’importantes dimensions, la sculpture de Calder impose sa grâce au cœur du Parvis. Calder en choisit lui-même l’emplacement, en 1976

 

LA DEFENSE 4

Le Grand Stabile Rouge – Alexander Calder

 

H SCULPTURE LA DEFENSE © Didier Raux 10

Point Growth – Lim Dong-Lak. Depuis octobre 2007, cette sculpture est installée au pied de la tour Opus 12 après avoir été exposée sur le Parvis de La Défense. Offerte à l’aménageur par l’artiste, elle exhale une force et un équilibre qui surprennent le visiteur. La douceur des formes pures s’intègre sur le Parvis avec une évidence troublante, ouvrant un dialogue avec les éléments environnants. Elle représente une jeune pousse émergeant d’un globe d’inox sorte de graine cybernétique. Celle-ci combine des éléments en opposition entre fertilité de la nature et rigueur glacée du métal

 

Le Carrefour aux 50 piliers © Didier Raux 1

Le Carrefour aux 50 piliers. Dans l’espace qui mène aux transports urbains, Daniel Buren a « habillé » sur toute leur hauteur les cinquante poteaux existants, avec des caissons en dibond à base carrée de 26,1 cm de côté. Il introduit la couleur sur deux faces de ces piliers : bleu « océan » pour l’une et rouge « cyclamen » pour l’autre. Les deux autres sont revêtues de bandes verticales alternativement blanches et noires de 8,7 cm de large. L’alignement des piliers suit le calepinage du revêtement en marbre du sol. Les murs des couloirs menant à cette œuvre et l’entourant sont constitués de boîtes lumineuses recouvertes de papiers translucides blancs, venant accentuer la luminosité de l’ensemble

 

L Sculpture La défense © Didier Raux 15

Des années d’art tridimensionnel contemporain vous guettent au tournant. Fruit du travail d’une demi-centaine de créateurs et de la politique de l’aménageur de La Défense, ce musée à ciel ouvert fait corps avec les cheminements piétons au point qu’il en a peu à peu fourni les repères

 

LA DEFENSE 7

Les Personnages – Joan Miró. Avec ce duo de personnages fantastiques, on retrouve la prédilection de Miró pour la couleur et les formes mal définies. Un pied de nez du maître catalan au conformisme !

 K LA DEFENSE Bassin TAKIS © Didier Raux 11

 Le bassin Takis – TAKIS

 

LA DEFENSE 59

Le bassin Takis – TAKIS. L’artiste grec a imaginé une surface aquatique sur laquelle sont posés 49 feux lumineux multicolores de hauteurs différentes. Totalement intégrés à l’axe historique, ces feux clignotent le soir venu. Un ballet ludique et enchanteur

 

Banc géant © Didier Raux 1

Banc public – Lilian Bourgeat. Ce banc public est un agrandissement de 2,5 fois l’original. Intégré dans l’espace public, il provoque une interaction entre l’objet, le paysage et le spectateur. Ce dernier peut devenir acteur en s’asseyant sur le banc et en assumant ainsi la fonctionnalité de l’objet. Par cet effort, il fait ainsi l’expérience d’une sensation de grandeur, de repositionnement, de mise à l’échelle du monde qui l’entoure. Tous les sens sont activés, le paysage poétisé. L’échelle choisie d’agrandissement donne au Banc la capacité de pouvoir se fondre dans ce paysage urbain

 

LA DEFENSE 47

Cheminée végétale – Édouard François. Si la plupart des les cheminées d’aération du quartier sont recouvertes de mosaïque, celle située près de l’immeuble Cœur Défense possède un revêtement surprenant, alliant cuivre, bois et végétation. Un îlot vivant de 16 mètres de haut

 

Artiste - Édouard Francois45

Le Pouce – César. Mesurant 12mètres de haut et pesant 18tonnes, cette sculpture en fonte a été réalisée d’après un moulage agrandi du pouce de l’artiste. Une prouesse autant artistique que technique

 

DR 47

La Terre – Louis Derbré. Cette sculpture en bronze de 9 mètres d’envergure est réalisée au profit de la Place Ikerbukuro à Tokyo en 1972. La Terre sera dupliquée, pour être installée à La Défense en 1978. Les deux personnages, ici en résine, rappellent le mouvement du globe en évoquant toute la puissance de la vie, thème cher à l’artiste

 

DR 48

La Terre – Louis Derbré

 

LA DEFENSE 48

Vive le vent – Michel Deverne. Comment détourner certaines fonctions urbaines incontournables en supports artistiques ? En 1986, Michel Deverne en fait l’éclatante démonstration en décorant les cheminées de ventilation, situées avenue André Prothin, d’une superbe céramique en grès cérame émaillé, évoquant le rythme du vent

 

LA DEFENSE 95

Les Trois Arbres – Guy-Rachel Grataloup. Cette mosaïque de céramiques se distingue par son envergure, conforme aux dimensions de la cheminée de ventilation à laquelle elle est destinée. Sur une hauteur de 28,50 mètres, elle couvre une surface de 850 m². Motifs, structures et couleurs se combinent, offrant différentes perceptions de l’œuvre, voire différents sens

 

LA DEFENSE 50

La Fontaine des Corolles – Louis Leygue. “Prendre prétexte de l’occasion qu’on vous donne pour exprimer quelque chose ”, c’est ainsi que Louis Leygue décrivait la poésie. Ce principe appliqué à l’art lui a permis d’imaginer cette œuvre en cuivre, composée de coupelles superposées d’où l’eau jaillit en cascade pour terminer sa course dans un bassin carré. Elle a inspiré son nom à la « Place des Corolles », où elle est installée

 

La voiture sur le lampadaire © Didier Raux 1

La voiture sur le lampadaire – Benedetto Bufalino. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le nom de cette œuvre est représentative de la réalité ! La voiture lampadaire est une Peugeot 406 blanche renversée sur son toit et juchée en haut d’un candélabre. Difficile à louper, l’œuvre créée spécialement par Benedetto Bufalino pour l’édition 2019 des Extatiques, a depuis officiellement rejoint la collection d’art de Paris La Défense. Disposée à l’origine près de la cheminée Le Moretti, La voiture sur le lampadaire a déménagé, le 12 juin 2020, dans le quartier Valmy, entre l’immeuble Spaces et la Grande Arche. L’œuvre de Benedetto Bufalino interagit avec l’architecture et les usagers et participe à la vie du quartier en illuminant la voie publique à la tombée du jour

 

LA DEFENSE 52

Le Sculpteur de nuages – Atila. Par son thème, son style inimitable et la force éclatante des couleurs, cette fresque symbolise parfaitement le monde fantastique de l’artiste. Elle a été réalisée en 1969, à l’aide d’émaux sur lave

 

LA DEFENSE 55

L’Oiseau mécanique de Philolaos Tloupas. Sculpture emblématique de l’œuvre de l’artiste, l’Oiseau mécanique, aux aspects surprenants, semble tout droit sorti de son imaginaire. Sa structure en acier inoxydable permet un jeu de reflets avec le ciel, et oscille entre esthétique urbaine et formes naturelles

 

LA DEFENSE 56

Les Hommes de la Cité – Siptrott. Les huit sculptures en bronze patiné polychrome font référence aux foules anonymes de passants qui peuvent se reconnaître dans une éternité figée. L’espace en contrebas peut être perçu comme un jardin primitif où les hommes et les arbres s’élèvent vers la lumière. Six personnages debout sont réunis sur un espace marbré, tandis qu’un septième les observe d’un perchoir. Le dernier se situe au niveau de l’escalier RATP menant au quai de la ligne 1 du métro

 

LA DEFENSE 6

Le Somnambule – Henri de Miller. Semblant prendre son envol vers les cieux, la silhouette élancée du somnambule défie les lois de l’équilibre, perchée sur une sphère, elle-même posée sur l’arête d’un volume cubique. Cette sculpture en bronze et en acier, installée en 1983 sur la Place de l’Iris, crée la surprise au beau milieu des tours de La Défense

 

LA DEFENSE 65

Doubles lignes indéterminées – Bernar Venet. Des lignes non définies, variables selon les points de vue et n’offrant aucun repère dans l’espace: cette œuvre fait partie d’une suite de réalisations dont la (non) logique a inspiré le nom de “Doubles lignes indéterminées”

 

LA DEFENSE 104

Dame Lune – Silva. Dame Lune esquisse sa silhouette insolite dans un bloc monolithe de marbre de Carrare. Son attitude en forme de point d’exclamation interpelle le passant, intrigué par cette masse blanche au pied des tours noires.L’œuvre mesure 4,50 mètres de haut et 1,20 mètre de large

 

LA DEFENSE n°54

La Défense de Paris – Louis-Ernest Barrias. C’est cette statue qui a donné son nom au quartier d’affaires. Érigée en 1883 pour honorer les soldats qui ont défendu la capitale durant la guerre de 1870, l’œuvre fut installée dès 1883 à son emplacement actuel, le rond-point de La Défense. Symbolique !

 

La Defense n°78

Les Utsurohi – Miyawak. Utsurohi désigne en japonais un état mouvant, de flottement. Cette oeuvre consiste en 25 piliers lumineux en acier de 30 cm de diamètre, recouvertes d’un verre cristallisé et reliées entre elles par des tiges d’acier. L’artiste leur donne un nom joyeux : des dessins de l’air

 

LA DEFENSE 46

Les Utsurohi – Miyawak

 

LA DEFENSE n°79

Le Grand Toscano – Mitoraj. Au pied de la Tour Areva, posé sur un dallage en granit, s’élève depuis 1983 le buste en bronze d’un géant tronqué qui n’est pas sans évoquer les statues que nous a léguée l’Antiquité. Par cette sculpture, l’artiste entend rappeler aux passants que dans ce quartier encore jeune, histoire et mémoire y trouveront un jour une place importante et nécessaire

 

LA DEFENSE SCULPTURE MORETTI 1

Le Moretti – Raymond Moretti. L’imagination foisonnante de Moretti a pu s’exprimer librement, transformant une cheminée d’aération de 32 mètres en œuvre d’art insolite, aux couleurs éclatantes. En utilisant 672 tubes en fibre de verre de 2 à 30 centimètres de diamètre, peints de 19 couleurs différentes, il revêt l’intégralité de la surface pour mieux souligner le volume tout en verticalité, offrant une dynamique insolente et joyeuse

 

B SCULPTURE LA DEFENSE © Didier Raux 2

Rezilientia 2019 – Ghyslain Bertholon.  Sculpture en bronze, 135 x 65 x 56 cm édition 8 + 2 EA. La sculpture Rezilientia installée sur l’esplanade de Paris La Défense, s’inscrit dans le continuum des préoccupations artistiques de Ghyslain Bertholon. « Je travaille depuis plus de quinze ans sur la relation de domination que l’Homme entretient avec son environnement… lequel à force d’abuser de ses ressources en bouleverse les grands équilibres

 

E SCULPTURE LA DEFENSE © Didier Raux 5

Cube Sphere Gold – Cyril Lancelin. Sculpture acier inoxydable électro-poli. Une décomposition d’un volume simple, un cube. Il est réalisé d’un assemblage régulier de sphères métalliques réfléchissantes. Le solide est évidé par des passages et des percées. C’est le dessin en trois dimensions d’une partition de plein et de vide

 

G SCULPTURE LA DEFENSE © Didier Raux 9

Cube Sphere Gold – Cyril Lancelin

 

C SCULPTURE LA DEFENSE © Didier Raux 3

Dans les traces de nos pères – Joseph Jankovic. Sculpture béton composite polyester, peinture, 1992

 

D SCULPTURE LA DEFENSE © Didier Raux 4

Dans les traces de nos pères – Joseph Jankovic