architecture

Salle de relaxation, club les Pyramides

Intérieur de la salle de relaxation.Illuminé par 300 étoiles de fibre optique, son plafond rappelle le ciel nocturne et invite à la détente. © Photo Didier Raux
Intérieur de la salle de relaxation.Illuminé par 300 étoiles de fibre optique, son plafond rappelle le ciel nocturne et invite à la détente. © Photo Didier Raux

De l’extérieur, la salle ressemble à une capsule spatiale ou à un sous-marin de poche. Rien à voir pourtant avec 2001 L’odyssée de l’espace ou 20 000 Lieues sous les mers, puisque cette étrange structure ovoïde se trouve au coeur des Pyramides, club de sport et de détente situé dans les Yvelines, aux portes de Paris. Salle de relaxation aux murs constellés d’étoiles en fibre optique, cette pièce a nécessité la mise en oeuvre de procédés high-tech pour permettre à l’entreprise Le Plâtre Projeté Décoration Staff (LPPDS) de donner corps à ce qui était au départ une simple esquisse d’architecte. La pose sur la structure métallique d’accueil de quarante-huit grands éléments de staff cintrés en plâtre Molda® Dur pour en épouser la courbe, a permis à cette étrange bulle de voir le jour. Les finitions ont fait le reste et la parfaite exécution de ce petit bijou new age a valu à LPPDS de recevoir le Trophée national 2005 dans la catégorie « Ouvrages en staff et stuc ». Source Carré d’Art. Les points forts : réalisation d’une salle de relaxation de forme ovoïde, composée d’une structure métallique d’accueil habillée de 48 grands éléments en staff cintrés double coque avec laine minérale. 

 

Press-Book Architecture   –   Press-Book Reportages

 

 

les-pyramides-a-marly-le-roi-n1

Salle de relaxation new age, cette étrange capsule spatiale ovoïde surplombe d’un côté la salle de gymnastique et de l’autre, le grand hall. © Photo Didier Raux

Salle de relaxation new age, cette étrange capsule spatiale ovoïde surplombe d'un côté la salle de gymnastique et de l’autre, le grand hall. © Photo Didier Raux

Salle de relaxation new age, cette étrange capsule spatiale ovoïde surplombe d’un côté la salle de gymnastique et de l’autre, le grand hall. © Photo Didier Raux