urbanisme

Parc de Billancourt, le vol du héron

Dans le parc de Billancourt, le vol du héron ! © Photos Didier Raux
Dans le parc de Billancourt, le vol du héron ! © Photos Didier Raux

Dans le parc de Billancourt, vous pouvez apercevoir le vol lent du Héron cendré, avec son cou replié qui est sa caractéristique en volant. Il peut avoir un territoire peu étendu et certains hérons sont même devenus sédentaires. Capable de vivre près de l’homme, il peut ainsi être vu en pleine ville à proximité des plans d’eau et cours d’eau urbains. En ville, il peut parfois se laisser approcher à quelques mètres. Souvent solitaire ou en petits groupes lâches, il forme néanmoins des colonies lors de la reproduction. Voir le diaporama en bas de l’article sur le Parc de Billancourt.

 

Press-Book Architecture   –   Press-Book Reportage

 

2016-parc-de-billancourt-d-raux-109

© Photos Didier Raux

2016-parc-de-billancourt-d-raux-108

© Photo Didier Raux

2016-parc-de-billancourt-d-raux-111

© Photos Didier Raux

Situé au cœur du nouveau quartier du Trapèze, près de la Seine, le parc de Billancourt est la pièce maîtresse du système de gestion des eaux pluviales du quartier. Ici, la gestion innovante de l’eau est au service du paysage. La perméabilité de ses sols et le stockage des eaux dans les jardins en creux donne au parc le rôle de filtration des eaux de pluie du quartier dont une partie est récupérée afin d’être réutilisée pour l’arrosage. Afin de tirer le meilleur parti de cette ressource, le parc comporte aussi bien des milieux humides, que des milieux plus ou moins secs.

 

Le bassin de récupération des eaux pluviales est ainsi composé d’un marais et d’une tourbière, jouxtant une grève et des noues sableuses. À l’inverse, les parties hautes du parc sont couvertes d’une prairie fleurie peu consommatrice d’eau. En cas de crue, la fermeture de vannes permet de transformer ce vaste espace en bassin de rétention pour réguler la montée des eaux. Ce concept original de gestion de l’eau induit une grande diversité végétale, d’où une gestion très différenciée de l’espace. La partie Nord du parc, qui jouit d’un ensoleillement important, fait la part belle aux milieux secs adaptés à la pratique de différents loisirs de plein air.

À l’inverse, la partie la plus à l’ombre, qui accueille les milieux humides, est plus propice à la détente et la contemplation. Le choix de nombreuses espèces indigènes vise à assurer la pérennité des écosystèmes dans une perspective de gestion écologique de l’espace. Tout est programmé pour qu’une biodiversité naturelle se recrée dans ce parc, véritable niche écologique, en relation avec la Seine et les autres espaces verts du quartier. Source Ville de Boulogne.

 

2016-parc-de-billancourt-d-raux-9

Un espace vert qui fera à terme 7 hectares. Il joue un rôle essentiel dans la bonne gestion des eaux à l’échelle de l’opération et favorise le développement de la biodiversité. © Photo Didier Raux

2016-parc-de-billancourt-d-raux-30

© Photo Didier Raux

2016-parc-de-billancourt-d-raux-33

© Photo Didier Raux

2016-parc-de-billancourt-d-raux-21

© Photo Didier Raux

2016-parc-de-billancourt-d-raux-126

Depuis avril 2016, les boulonnais et les riverains peuvent accéder à la nouvelle tranche du parc de Billancourt, un nouvel espace de nature qui invite à la promenade, au jeu et à la découverte. © Photos Didier Raux

2016-parc-de-billancourt-d-raux-121

Ce nouveau morceaux de nature a été conçu pour assurer la continuité du parc existant et propose de nouveaux espaces de détente dans une ambiance végétale de qualité, où plus de 200 arbres et 7000 arbustes et vivaces sont plantés. Le parc est organisé en trois « îles thématiques » proposant des ambiances différentes. © Photo Didier Raux