lieux & patrimoine

Le Corbusier, dix-sept monuments d’exceptions classés Unesco !

La Maison du Brésil à Paris. © Photo Didier Raux
La Maison du Brésil à Paris. © Photo Didier Raux

Depuis le 17 juillet 2016, l’œuvre architecturale de Le Corbusier est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco au titre de “construction exceptionnelle au mouvement moderne”. C’est une véritable consécration et une reconnaissance universelle pour Charles-Edouard Jeanneret dit Le Corbusier, 1er architecte du XXème siècle donc l’œuvre fait l’objet d’une inscription sérielle transnationale : 17 sites, 7 pays, 3 continents. Par ses constructions, Le Corbusier révolutionne l’architecture : nouvelle conception de l’art de vivre et de l’habitat d’après-guerre, nouveau langage architectural, techniques constructives modernisées. L’oeuvre sérielle atteste d’un échange d’influences sans précédent et d’un intense débat d’idées à l’échelle de la planète. 

 

Choisis dans l’œuvre de Le Corbusier, les dix-sept sites qui composent ce bien en série, répartis sur sept pays, témoignent de l’invention d’un nouveau langage architectural en rupture avec le passé, a expliqué l’Unesco dans un communiqué. Ils ont été réalisés sur un demi-siècle, tout au long de ce que Le Corbusier a nommé une “recherche patiente”. »

 

L’ensemble, à vocation transnationale, comprend, dans l’ordre chronologique : les maisons La Roche et Jeanneret (1923) à Paris, une villa au bord du lac Léman (1923) à Corseaux en Suisse,  la Cité Frugès (1924) à Pessac, la maison Guiette (1926) à Anvers, les maisons de la Weissenhof-Siedlung (1927) à Stuttgart, la villa Savoye et la loge du jardinier (1928) à Poissy, l’immeuble Clarté (1930) à Genève, l’immeuble locatif de la porte Molitor (1931) à Boulogne-Billancourt, l’Unité d’habitation (1945), dite « cité radieuse », à Marseille, la Manufacture (1946) à Saint-Dié-des-Vosges (Lorraine), la maison du docteur Curutchet (1949) à La Plata en argentine, la chapelle Notre-Dame-du-Haut (1950) à Ronchamp, le Cabanon de Le Corbusier (1951) à Roquebrune-Cap-Martin, le complexe du Capitole (1952) à Chandigarh en Inde, le couvent Sainte-Marie-de-la-Tourette (1953) à Eveux, le Musée national des beaux-arts de l’Occident (1955) à Taito-Ku au Japon et la Maison de la culture (1953) à Firminy (Loire).

 

 

La Maison du Brésil, cité universitaire à Paris - La Villa Savoye à Poissy - Hôtel particulier à Boulogne-Billancourt - La Cité Radieuse à Marseille. © Photos Didier Raux

La Maison du Brésil, cité universitaire à Paris – La Villa Savoye à Poissy – Hôtel particulier à Boulogne-Billancourt – La Cité Radieuse à Marseille. © Photos Didier Raux

 

Biographie : Charles-Edouard Jeanneret-Gris (plus connu sous le pseudonyme de Le Corbusier) naît le 6 octobre 1887 à La Chaux-de-Fonds en Suisse. Il est le fils de Georges-Edouard Jeanneret, graveur et émailleur de montres, et de Marie Charlotte Amélie Jeanneret-Perret, musicienne. Homme aux multiples talents (urbaniste, sculpteur, peintre, designer, écrivain, architecte), il a travaillé sur des projets à l’échelle mondiale. Tout au long de sa vie, Le Corbusier voyage pour acquérir de nouvelles techniques et parfaire ses connaissances en s’inspirant des pays visités. C’est au cours de ses voyages qu’il trouvera l’inspiration pour les éléments artistiques, architecturaux et urbains qui constitueront la base de son œuvre. Représentant du mouvement moderne, il y introduit de nouvelles idées comme le fonctionnalisme, le purisme et le lien entre nature et architecture. Pour Le Corbusier, une architecture moderne se définit en cinq points : les pilotis, la fenêtre-bandeau, le plan libre, la façade libre et le toit-terrasse. Principes qu’il appliquera dans ses réalisations. Le Corbusier décède le 27 août 1965 à Roquebrune-Cap-Martin, au cours d’une baignade dans la Méditerranée.

 

Les œuvres de Le Corbusier

Le Corbusier a construit 78 bâtiments dans 12 pays différents et a travaillé sur près de 400 projets architecturaux. La valeur de l’oeuvre patrimoniale de Le Corbusier réside dans le fait qu’il s’agit d’un patrimoine vivant, dont les édifices ont conservé leur usage originel privé ou public. Le Corbusier a publié près de 40 livres et a écrit des centaines d’essais, dont certains figurent parmi les textes les plus influents de la pensée culturelle moderne.