architecture

La Tour Horizons à Boulogne

La Tour Horizons à Boulogne © Didier Raux
La Tour Horizons à Boulogne © Didier Raux

Conçue par l’architecte Jean Nouvel, l’édifice, d’une surface d’environ 36 000 m², propose une nouvelle vision de la tour de bureaux en associant la qualité des espaces de travail, le dialogue avec l’environnement et la recherche d’un vocabulaire architectural multiple. Le projet « articule différentes échelles urbaines, paysagères et territoriales ». Le bâtiment « se structure comme une succession de paysages horizontaux », qui constitue « une stratification qui réinterprète la géographie environnante ». Le parti architectural adopté vise à  « se distinguer du jeu des tours du quartier du Vieux Pont de Sèvres, appartenir au parc de Billancourt, dialoguer avec les collines de Meudon et le « skyline » parisien, définir des matérialités de façade en rupture avec le langage convenu des immeubles de grande hauteur ». Le bâtiment propose ainsi quatre lignes de paysages, depuis le niveau du sol, dans la continuité du parc, jusqu’à la toiture de l’édifice. La perception de ces paysages « serait une démultiplication des horizons, où les paysages fusionnent avec le bâtiment, se sur-impriment aux façades et donnent de la profondeur ».

 

Press-Book Architecture   –   Press-Book Reportages

 

La Tour Horizons à Boulogne © Didier Raux

La Tour Horizons à Boulogne © Didier Raux

Tour Horizons- Boulogne-Billancourt 3

La Tour Horizons à Boulogne © Didier Raux

La Tour Horizons à Boulogne © Didier Raux

La Tour Horizons à Boulogne © Didier Raux

La Tour Horizons à Boulogne © Didier Raux

La Tour Horizons à Boulogne © Didier Raux

La Tour Horizons à Boulogne © Didier Raux

La Tour Horizons à Boulogne © Didier Raux

Entre ces paysages se superposent les trois volumes abritant les bureaux. « Chaque volume dévoile une matérialité qui lui est propre. Le premier volume, ancré dans le sol, est un socle, une masse creusée […] proche de la roche ». La partie intermédiaire « se présente comme une stratification horizontale d’épaisses dalles reposant sur des trumeaux, [qui] rythment les parties vitrées ». Enfin, la partie haute consiste en « un volume précieux, une masse de verre. […] Elle se termine par un grand espace sous rampant, semblable à une serre ».