architecture

La Torre Agbar à Barcelone !

Capture d’écran 2016-07-17 à 11.58.58

La Torre Agbar (en catalan), ou Tour Agbar (du nom de la compagnie des eaux qu’elle abrite), est l’un des nouveaux buildings de Barcelone, elle a été dessinée par l’architecte français Jean Nouvel en collaboration avec le cabinet d’architecture barcelonais B720. La tour a ouvert ses portes en juin 2005 et a été inaugurée officiellement par la famille royale d’Espagne en septembre 2005. Jean Nouvel a donc lui aussi apporté sa touche de modernité à Barcelone. Le gratte-ciel ressemble à un gigantesque missile du haut de ses 145 mètres, il comporte 38 étages de bureaux et parkings, et un auditorium, 30 000 m² de bureaux, 3 210 m² pour les services techniques et 8 351 m² dédiés à des fonctions diverses pour une superficie totale de 50 693 m². Son design mêle différentes conceptions en matière d’architecture : une structure en béton armé, entièrement recouverte d’une façade de verre, créant plus de 4 400 fenêtres. Plus de 4 000 dispositifs de LED intégrés dans la façade permettent la création d’images sur les parois extérieures. Le soir venu, la Tour Agbar attire les regards des passants lorsqu’elle devient étincelante. Par ailleurs, grâce à des capteurs de température logés dans sa paroi, l’ouverture et la fermeture des fenêtres se règle d’elle-même, ce qui optimise la consommation d’énergie. Cette tour est devenue l’un des bâtiments les plus remarquables de Barcelone, Elle est située sur l’avenue Diagonale, près de la Place des Glòries Catalanes. Ce bâtiment abrite la Société des Eaux de Barcelone. La Tour Agbar est appelée par les Barcelonais par le surnom de « suppositoire », un surnom en verdict populaire qui reste réducteur pour qualifier ce projet.  Photos © Didier Raux

 

 

La Torre Agbar à Barcelone de Jean Nouvel architecte. © Didier Raux

 

La Torre Agbar à Barcelone de Jean Nouvel architecte. © Didier Raux

 

La Torre Agbar à Barcelone de Jean Nouvel architecte. © Didier Raux

 

La Torre Agbar à Barcelone de Jean Nouvel architecte. © Didier Raux

Mots-clés liés à cet article :