architecture

Escalier en voûte sarrasine

Escalier en voûte sarrasine © Photo Didier Raux
Escalier en voûte sarrasine © Photo Didier Raux

Héritier d’une tradition, l’escalier en voûte sarrasine tourne sur lui-même, avec légèreté et élégance. il est construit à l’avancement et sans échafaudage ! Toutes les indications sont contenues dans son nom. La clé pour comprendre ce type d’escalier, c’est la voûte. L’assemblage des briques est conçu de façon à ce que l’ensemble soit autoportant, ou, tout au moins, réclame un minimum de points d’ancrage. À la limite, l’escalier lui-même est sans importance : une fois la voûte construite, toutes les formes de marche peuvent être réalisées. Cette technique est maîtrisée depuis le Moyen Âge et s’est répandue principalement dans les régions qui ont subi l’influence de la grande expansion musulmane de cette époque. La voûte sarrasine en briques et en plâtre en est un héritage. La méthode mise en oeuvre ici est un peu particulière dans le sens où c’est l’assemblage des marches et des contremarches qui détermine la forme de la voûte et non l’inverse. Bien sûr, la répartition des marches n’est pas le fruit du hasard et fait l’objet d’un calcul précis.

 

Press-Book Architecture   –   Press-Book Reportages

 

N°33

 

N°4

 

N°611

 

N°20