Reportage

Les noces de cuivre de la grande coupole

La grande coupole

Avec l’automne, le chantier de restauration de la grande coupole de l’observatoire de Meudon s’achève. Témoin de plus d’un siècle de recherches astronomiques, son dôme, recouvert de cuivre, brille à nouveau dans le ciel des Hauts-de-Seine. Debout au sommet de la grande coupole à 40 mètres du sol,  Thierry Ferrari laisse glisser son regard le long d’une plaque de cuivre. Sa silhouette se découpe sur un ciel sans nuage, à rendre jaloux un astronome. Mais le chef de chantier n’a pas les yeux tournés vers les étoiles. Comme les artisans couvreurs, qui il y a plus d’un siècle donnaient à l’observatoire de Meudon sa première coupole, il cherche la courbe parfaite : “Pour couvrir un dôme comme celui-ci, les techniques modernes de repérage ne sont d’aucun secours, car entre le plan d’exécution sur ordinateur et la réalité, il y a un monde !, explique-t-il. Comme toutes les plaques de cuivre de la couverture partent en fuseau pour se rejoindre au sommet de l’édifice, il est impossible d’utiliser un niveau ou une visée laser. Pour réaliser le traçage sur place et ajuster les éléments du revêtement, il faut travailler à l’ancienne, à l’œil et au compas.”  Photos © Didier Raux – Source Pascal Leroy – (PDF magazine 92 Express)

 

 

 

 

La grande coupole observatoire de Meudon 2

Thierry Ferrari, chef de chantier, maniant le compas spécialement conçu pour les travaux de couverture de la grande coupole.

 

La grande coupole observatoire de Meudon 5

La couverture est confiée à une société civile ouvrière coopérative, spécialisée dans ce type d’ouvrage de précision.

 

La grande coupole observatoire de Meudon 3

“Il faut travailler à l’ancienne, à l’œil et au compas.”

 

La grande coupole observatoire de Meudon 8

 

La grande coupole observatoire de Meudon 4

 

La grande coupole observatoire de Meudon 9