urbanisme

Fernand Pouillon, “Le Point du Jour” à Boulogne

Fernand Pouillon, “Le Point du Jour” à Boulogne. © Photo Didier Raux
Fernand Pouillon, “Le Point du Jour” à Boulogne. © Photo Didier Raux

Le Point du Jour ou la beauté pour tous. De ce vaste ensemble de logements à Boulogne-Billancourt, l’architecte Fernand Pouillon voulait faire son manifeste pour une vie meilleure. Avenue Pierre-Grenier, rue du Point-du-Jour, Cours des Longs-Prés, Place Saint-Germain-des-Longs-Prés, Place Corneille, rue du Dôme.
(La  » visite  » de l’album commence par une des entrées avenue Pierre-Grenier et se termine par l’immeuble qui donne sur la rue du Dôme).
Le Point du Jour c’est un ensemble de deux mille deux-cent soixante logements, équipements et commerces, presque en bord de Seine, répartis sur plus de vingt-cinq immeubles, hauts de un à quinze étages. On a de la peine à trouver ce joyau urbain dont une façade était recouverte de feuilles d’or avant qu’une restauration récente ne transforme l’or en aluminium doré.
 Fernand Pouillon dans les  » Mémoires d’un architecte « , 1968, ed. du Seuil, raconte combien la réalisation du Point du Jour telle qu’il l’a imaginée était proche de son idéal : des jardins féeriques pour le piéton tandis que les voitures se faufileraient confortablement aux pieds des immeubles. Pourtant la performance va bien au-delà de cette brève description.
Comme dans tous ses ensembles parisiens Fernand Pouillon utilise les artifices de l’illusion optique pour faire accepter à l’œil, et par conséquent au cerveau, une densité importante.

 

Press-Book Architecture   –   Press-Book Reportages

 

Fernand Pouillon, “Le Point du Jour” à Boulogne. © Photo Didier Raux